En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

Publicité

Détail de l'offre

Vérificateur·trice H/F

COUR DES COMPTES

Date de l’annonce
09/11/2018

Recruteur

COUR DES COMPTES

Localisation

Seine-et-Marne, ÎLE-DE-FRANCE

Description du poste

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES ÎLE-DE-FRANCE
Recrute un·e vérificateur·trice de catégorie A
Poste à pourvoir au 15 décembre 2018

MISSIONS DU TITULAIRE DU POSTE
Les vérificateurs·trices des juridictions financières collaborent, sous la direction et la responsabilité des magistrats, aux contrôles relevant de la compétence de la chambre à laquelle ils·elles sont affecté·e·s
(article R.212-23 du code des juridictions financières).


Au sein de la chambre, le·la vérificateur·trice retenu·e sera affecté·e à la 2ème section chargée du contrôle des établissements de santé et médicaux-sociaux et interviendra particulièrement sur le contrôle des établissements publics de santé et des établissements publics médico-sociaux.


Le·la vérificateur·trice participe, sous la responsabilité du·de la magistrat·e / rapporteur·e, à l'examen de la gestion des collectivités, établissements publics locaux ainsi que des organismes de statuts
juridiques divers relevant de la compétence des chambres régionales des comptes. L’examen porte sur la régularité des actes de gestion, sur l'économie des moyens mis en oeuvre et sur l'évaluation des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés par l'assemblée délibérante ou par l'organe délibérant.
Les investigations se font sur pièces et sur place. Le·La vérificateur·trice participe au travail d’instruction ainsi qu’à la rédaction des rapports aux différents stades de la procédure. Il·Elle assiste aux délibérés
de la section sans voix délibérative.


Le·La vérificateur·trice participe à des tâches d’organisation et de programmation des travaux (notamment, participation aux comités internes).

CONDITIONS PARTICULIERES D’EXERCICE
Lors de son affectation au sein de la juridiction, le·la vérificateur·trice prête serment devant le Président de la chambre régionale des comptes.
Le·La vérificateur·trice participe aux vérifications et instructions sous la direction et la responsabilité du/des magistrat·e·s en charge des contrôles, mais est, en tant que personnel administratif, géré
administrativement par la secrétaire générale (carrière, congés).
Le·La vérificateur·trice sera appelé·e à travailler au sein de la section en binôme, en équipe et également en autonomie après avoir atteint un certain niveau de séniorité.
En binôme : organisation selon laquelle un·e vérificateur·trice travaille avec un·e magistrat·e en binôme.
Chaque binôme se voit confier un certain nombre de collectivités dont il convient d’examiner les comptes et la gestion dans l’année, dans le cadre de la programmation établie par la chambre. Dans
la plupart des cas, les binômes ont vocation à intervenir tant sur le plan de l’examen de la gestion que du contrôle juridictionnel.
Le·La magistrat·e assure la direction et assume la responsabilité des travaux. Il·Elle porte ainsi la responsabilité des différents actes du contrôle et répartit les tâches confiées au·à la vérificateur·trice.
Conformément aux directives du·de la magistrat·e, le·la vérificateur·trice participe à la préparation du contrôle, à l’instruction sur pièces et sur place, à la préparation des rapports d’instruction et des rapports
d’observations et peut assister au délibérés relatifs aux contrôles auxquels il a participé.
En équipe : dans ce mode d’organisation du travail, le·la vérificateur·trice intègre une équipe composée d’un·e ou plusieurs rapporteur·e·s et vérificateur·trice·s qui, sous l’autorité ou la coordination d’un·e
magistrat·e chef·fe d’équipe, se répartissent les thèmes de contrôle en fonction de l’importance de l’organisme examiné ou de la politique publique étudiée. Le critère qui prédomine dans la constitution
de l’équipe est le(s) domaine(s) de compétence de chaque membre de l’équipe, de manière à réunir les compétences les mieux adaptées à l’organisme contrôlé.
En autonomie : organisation selon laquelle un·e vérificateur·trice expérimenté·e et volontaire se voit confier, dans le respect des dispositions du code des juridictions financières, des travaux d’instruction
avec une intervention plus limitée du·de la magistrat·e qui demeure cependant responsable du contrôle.
L’autonomie accordée au·à la vérificateur·trice réside pour l’essentiel dans l’organisation de son travail d’instruction, l’élaboration des questionnaires, les visites sur place et l’étendue des investigations à
effectuer pour chaque thématique identifiée. Enfin, le·la vérificateur·trice présente tout ou partie du rapport qu’il·elle aura cosigné au cours du délibéré, sur demande du·de la magistrat·e et avec l’accord
de la formation de délibéré.
Par ailleurs le·la vérificateur·trice pourra être mobilisé·e par des déplacements dans le cadre de contrôles sur place sur la journée.

PERSPECTIVES D’EVOLUTION
En fonction de son ancienneté et de son niveau d’expertise, le·la vérificateur·trice pourra :
A court-terme, s’engager dans des activités transversales telles que :
o une activité de mentorat : sur la base du volontariat, le·la vérificateur·trice qui s’engage dans une activité de mentorat1 devient tuteur·trice d’un·e nouvel·le arrivant·e au sein de l’équipe de contrôle.
Chargé·e de faciliter l’insertion de ce·cette nouveau·elle vérificateur·trice pendant ses 12 à18 premiers mois de fonctions, le·la tuteur·trice s’assure de l’apprentissage du métier et de la montée en
compétence du·de la « mentoré·e » et des éventuelles difficultés rencontrées.
o des groupes de travail « métiers » concernant les outils et méthodes de contrôle, tant au niveau national qu’au sein des chambres (ex : applications métiers ANAFI et altaïr).
A moyen-terme :
- évoluer vers un autre poste de vérificateur·trice au sein des juridictions financières (mobilité
fonctionnelle) :
o autre section de la chambre/autre CRTC/autre chambre de la Cour ;
o CAM (pôle formation/méthodes) situé à la Cour des comptes ;
- évoluer vers des postes de greffier·e·s, SG de CRTC ;
- évoluer vers d’autres postes identifiés dans le RIME et, plus largement, effectuer une mobilité interministérielle ;
- préparer des concours de la fonction publique et l’accès à des recrutements au tour extérieur (notamment de magistrat·e de CRTC, administrateur·trice civil·e3).

Description du candidat

Le·La candidat·e retenu·e devra maitriser les compétences suivantes :
SAVOIR FAIRE SAVOIR ETRE
• Instruire un dossier (M)
• Analyser, synthétiser, rédiger (M)
• Maîtriser et appliquer les procédures internes (A)
• Mobiliser des techniques d’analyse de risque, de contrôle d’enquête (A)
• Réaliser une veille juridique, économique, financière et comptable (A)
• Utiliser des applications informatiques et bureautiques métier (A)

SAVOIR ETRE

• Sens de l’organisation
• Autonomie
• Sens des rapports humains
• Impartialité, probité,
• Curiosité intellectuelle
• Capacité à représenter l’Institution
• Etre force de proposition
• S’exprimer avec conviction, clarté et pédagogie (écrit et oral)

CONNAISSANCES
• Réglementation générale, principes généraux du droit, droit public (M)
• Comptabilité publique et finances publiques (M)
• Gestion publique, politiques publiques (économie, réglementation) (M)
• Règles relatives à l’achat public (A)
• Statut de la fonction publique (A)
• Comptabilité privée, gestion financière (M)
• Consultation de bases de données (A)
• Connaissances spécifiques liées aux champs de contrôle (A)

(A) : compétences à acquérir sur le poste
(M) : niveau maîtrise
(E) : niveau expert


Sur le poste à pourvoir, des connaissances confirmées du secteur hospitalier et des modes de fonctionnement administratif et financier des établissements publics sanitaires et sociaux, publics et/ou
privés, sont attendues.
Des connaissances en matière d’analyse financière rétrospective (formation de l’autofinancement, financement de l’investissement, évaluation de la qualité de la dette 3) et prospective seraient
appréciées.
En fonction des besoins, des formations adaptées à l’emploi, le plus souvent à Paris, recouvrant tous les domaines du contrôle, pourront être proposées au fonctionnaire recruté pour lui permettre
d’actualiser ou de compléter ses connaissances.


POSITION ADMINISTRATIVE
Le poste est prioritairement ouvert, sous réserve de répondre aux compétences recherchées, à la mobilité interne des attaché·e·s d’administration déjà en poste au sein des juridictions financières.
Pour le·la fonctionnaire d’Etat relevant du CIGeM (décret n° 2013-876 du 30/09/2013 et décret n° 2011- 1317 du 17/10/2011), l’intégration sera effective à la date d’accueil dans les juridictions financières.
Le·La fonctionnaire recruté·e ne relevant pas du CIGeM et en provenance notamment de la fonction publique territoriale, sera placé·e en position de détachement dans le corps des attaché·e·s
d’administration de l’Etat pour une période de deux ans renouvelables en chambre régionale des comptes.
Sa rémunération (traitement et régime indemnitaire) sera prise en charge par la Cour des comptes.

Description du recruteur :

La chambre régionale des comptes Île-de-France a son siège 6, cours des Roches, à Noisiel (Seine et Marne).
Elle dispose d’un effectif théorique de 133 agents, dont 53 magistrats, 48 vérificateurs, 16 agents d’appui au contrôle et 16 agents exerçant des fonctions de support.

Les chambres régionales des comptes appartiennent, avec la Cour des comptes, à l’ordre des juridictions financières.
Elles exercent le contrôle financier des collectivités territoriales (régions, départements, communes), de leurs établissements publics, des établissements publics de coopération intercommunale (syndicats
intercommunaux, communautés d’agglomération, de communes3), ainsi que des établissements publics locaux (lycées, collèges, offices publics d’HLM) et, par délégation de la Cour des comptes, de catégories d’établissements publics nationaux (établissements publics de santé, entre autres) relevant de leur ressort territorial.

Le champ de compétence de la chambre régionale des comptes Île-de-France s’étend sur plus de 1 900 organismes soumis aux règles de la comptabilité publique.
Indépendantes des pouvoirs exécutif et législatif, composées de magistrats spécialisés, les chambres régionales des comptes exercent, dans le cadre de cette mission générale de contrôle des gestions publiques locales, quatre attributions essentielles :
• sur demande du représentant de l’Etat, le contrôle des actes budgétaires,
• le jugement des comptes produits par les comptables des collectivités et établissements publics locaux,
• le contrôle des comptes et de la gestion de ces organismes,
• le contrôle d’organismes de droit privé dont les collectivités locales détiennent la majorité du capital (sociétés d’économie mixte) ou qui reçoivent d’elles un concours financier (associations, etc3)
ou encore le contrôle des cliniques privées et des établissements sociaux et médico-sociaux.

Elles contribuent, par leurs rapports d’observations et par leurs avis, communicables au public, au bon emploi des fonds publics et à l’équilibre des finances locales.

POUR RÉPONDRE À CETTE OFFRE

TRANSMISSION DES CANDIDATURES
Les dossiers de candidature doivent comporter :
 une lettre de motivation adressée à Monsieur le président de la chambre régionale des comptes Ile-de-France  un curriculum vitae détaillé,  les trois derniers comptes rendus d’entretiens professionnels,
 le dernier arrêté indiquant le grade et l’échelon,  les copies des 3 dernières fiches de paye et, le cas échéant, des fiches de paye mentionnant
tout élément indemnitaire non mensualisé (complément indemnitaire, bonus3) ou une fiche de rémunération annuelle fournie par l’administration d’origine (portant mention du traitement
indiciaire et du détail des primes et indemnités qui seraient perçues au moment du recrutement).


Les dossiers sont à adresser par courriel à sylvie.durieudupradel@crtc.ccomptes.fr


Les candidat·e·s sélectionné·e·s seront invité·e·s à se présenter à la chambre en vue d’un entretien.

TRANSMISSION DES CANDIDATURES
Toutes précisions complémentaires peuvent être obtenues auprès de :
Sylvie Durieu du Pradel, secrétaire générale
Tél 01.64.80.87.07 / Courriel : sylvie.durieudupradel@crtc.ccomptes.fr
Ou
Anne Ellie, gestionnaire ressources humaines
Tél : 01.64.80.87.98 / Courriel : anne.ellie@crtc.ccomptes.fr

OUTILS

Continuer votre recherche

Retour à la liste des résultats

Nouvelle recherche

ASTUCE !

Soyez précis :
Lorsque vous postulez
pensez à indiquer le titre
du poste concerné.

Haut de page